Qu'est-ce qu'une mission de sécurité civile ?

La sécurité civile est l’ensemble des moyens mis en œuvre par l’Etat pour protéger sa population. Elle regroupe la prévention des risques de toute nature, l'information et l'alerte des populations ainsi que la protection des personnes, des biens et de l'environnement contre les accidents, les sinistres et les catastrophes par la préparation et la mise en œuvre de mesures et de moyens appropriés relevant de l'Etat, des collectivités territoriales et des autres personnes publiques ou privées. C’est un service public faisant intervenir un nombre important d’acteurs, dont des associations agréées telles que la SNSM.
""
En plus des surveillances des plages et des sauvetages en mer, la SNSM remplit d'autres missions de sécurité civile © Marianne Cossin

Les acteurs de la sécurité civile en France

En France, la sécurité civile est placée sous l’autorité du ministre de l’Intérieur au travers de la  direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises (DGSCGC). Elle organise les secours d’assistance aux personnes et aux biens sur terre. 

Elle est déployée à l’échelon départemental par le préfet, qui coordonne et fait intervenir différents acteurs : 

  • Le service interministériel de défense et de protection civile (SIDPC) : il assiste le préfet dans la mise en place d’opérations de prévention et de gestion des crises liées à des catastrophes naturelles ou des événements conjoncturels.
  • Le service départemental d’incendie et de secours (SDIS) : placés sous l’autorité du président du conseil départemental et du préfet, les sapeurs-pompiers du SDIS sont chargés de 3 missions : la prévention, la prévision et les opérations de secours. Les SDIS sont aux commandes des secours en cas de crise, sous la direction du préfet.
  • Le service d’aide médicale urgente : service hospitalier public dont le rôle est d’organiser l’urgence médicale dans chaque département. Il assure la coordination du service médical d’urgence et organise la chaîne médicale des secours. 
  • La police :  elle peut être déployée en cas de catastrophe naturelle pour assurer le maintien de l’ordre public et encadrer le trafic routier.
  • Les associations de secourisme et de sécurité civile : elles sont 15 à être agréées en France pour être engagées sur le terrain par le Préfet, sur différents types de missions (voir plus bas). 

L'organisation de la sécurité civile

On distingue les risques “courants” et les risques “particuliers”.

Le premier type regroupe des risques liés aux  accidents : accidents de la route, urgences vitales, incendies, accidents industriels…. Ce sont dans ces cas les sapeurs-pompiers (bénévoles ou professionnels) du SDIS et les personnels médicaux du SAMU qui interviennent prioritairement.

Pour les risques "particuliers", liés à des événements ou à des catastrophes naturelles, le préfet de département requiert l’aide d’associations agréées de sécurité civile, pour réaliser 4 types de missions.

  • Type A : missions de secours aux personnes suite à une catastrophe ou un accident (inondations, explosion, attentat…). Lorsque les moyens traditionnels (SDIS, SAMU…) sont dépassés, le préfet peut alors solliciter l’aide d'une association de sécurité civile, qui agit alors sous le commandement des sapeurs-pompiers.
  • Type B : missions de soutien et d’accompagnement des populations suite à un accident ou une catastrophe : accueil d’urgence, distribution alimentaire, de couverture, etc.
  • Type C : missions d'encadrement de bénévoles, lorsqu'il est fait appel à la population pour participer et aider à la gestion d'une crise suite à une catastrophe ou un accident.
  • Type D : mise en place de DPS (dispositif prévisionnel de sécurité) sur des rassemblements publics ponctuels (manifestations sportives, concerts, festivals, etc.). 

Exemples de missions de sécurité civile assurées par la SNSM

La SNSM dispose de l’agrément pour ces 4 types de missions. Elle peut engager pour cela plus de 3 300 bénévoles, dont plus de 3 000 secouristes (niveau 1 et 2), 35 médecins, 34 infirmiers et 155 logisticiens pour assurer le bon déroulement de ces missions.  

Les postes de secours ou DPS

La mise en place de postes de secours (ou DPS, dispositifs prévisionnels de secours) constitue l’activité la plus importante de la SNSM en matière de sécurité civile. Les DPS sont en effet obligatoires depuis le 1er janvier 2007 pour toute organisation de manifestations ou de rassemblements à caractère sportif, culturel ou social rassemblant plus de 1 500 personnes : autant d’événements pendant lesquels les bénévoles de la SNSM participent à assurer la sécurité du public et des participants. En 2021, la SNSM a ainsi réalisé 1 180 missions, correspondant à un peu moins de 8 000 journées de bénévoles. 

Elle sécurise par exemple l’un des plus importants festivals de France, le Hellfest, des matchs de Ligue 1 ou de Ligue 2 de football, ou encore de nombreuses étapes du tour de France tous les ans et bien entendu des événements liés au nautisme, comme les championnats de France et d’Europe de triathlon ou le Nautic Paddle, plus grande compétition de paddle au monde, organisée à Paris tous les ans en décembre.

En lire plus les Dispositifs Prévisionnels de Secours.

Sécurité civile et gestion de crise

L’agrément de la SNSM lui permet également d’intervenir dans d’autres cadres et d’assurer des missions de secours à personnes en renfort des sapeurs-pompiers (accidents, tempêtes, inondations…) ou des actions de soutien et d’accompagnement des populations victimes d’accidents, de sinistres ou de catastrophes. Les sauveteurs peuvent ainsi être sollicités par les préfets pour intégrer des dispositifs ORSEC (organisation de la réponse de sécurité civile) aux côtés des services de secours publics.  

Suite aux inondations à répétition en Bretagne, deux équipages zodiac du centre de formation et d'intervention SNSM d'Ille-et-Vilaine étaient par exemple intervenus pendant 4 jours, du 8 au 11 février 2014, sur les communes de Guipry et Messac, entre Redon et Rennes, en soutien aux populations.

À Orléans, en 2016, les nageurs sauveteurs ont également réalisé l'évacuation de 70 pensionnaires d’une maison de retraite, grâce à la flotte de bateaux présente sur place.

La SNSM et la crise sanitaire de la COVID-19

Durant le confinement en 2020, les 9 500 bénévoles de la SNSM se sont mobilisés pour aider les services publics à faire face à la pandémie de Coronavirus. 

Ce sont ainsi une trentaine de structures SNSM qui ont été à pied d'œuvre pour assurer des missions d’évacuations, de transports sanitaires, de renforts aux centres médicaux et hospitaliers, de livraisons de médicaments et de nourriture aux personnes les plus fragiles. 

Au total, plus de 10 000 heures de bénévolat ont permis d’aider la gestion de la crise de la COVID-19, sur différents lieux et missions :

  • Missions chardon (organisation d’opérations de transfert de patients entre CHU)
  • Transports sanitaires à partir des îles
  • Transports et distribution de masques
  • Accueil en EPHAD
  • Visites à domiciles et réalisation des courses
  • Accueil centre COVID 

Alors que la pandémie perdure, les bénévoles de la SNSM continuent à porter secours et assistance 24h/24h, en mer comme sur terre, en appliquant toutes les mesures de précaution nécessaires.

Intervention des sauveteurs du centre SNSM d'Ille et Vilaine en février 2014 sur les communes de Guipry et Messac.
Intervention des sauveteurs du centre SNSM d'Ille et Vilaine en février 2014 sur les communes de Guipry et Messac.​