Un emblématique voilier de Saint-Malo s’échoue sur les rochers

Le 30 avril 2022, l'emblématique voilier "Le Renard", réplique d’un navire de Robert Surcouf, s’est échoué lors d’une visite touristique. Trois moyens de la SNSM ont été mobilisés pour lui venir en aide.
Le Renard s'est échoué avec 26 passagers à son bord
Légende
Le vieux gréement "Le Renard" a mal jugé la hauteur d’eau et a touché le fond au niveau de la Roche aux Anglais. © Thierry Besnier

Le célèbre Renard s’est retrouvé en bien mauvaise posture samedi 30 avril 2022. Alors que la marée descendait, le « gréement traditionnel » malouin a talonné sur la Roche aux Anglais, située à environ 1 mille du port de Saint-Malo, en Bretagne.

Ce matin-là, alors que le voilier fait une sortie touristique dans la baie, son équipage juge mal la hauteur d’eau et touche le fond. Son patron demande alors une assistance auprès du centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Corsen pour évacuer les vingt-six passagers présents à bord. L’embarcation de 30 mètres de long, un cotre de bois de chêne et de pin, est une réplique du navire armé en 1812 par le corsaire Robert Surcouf. Il accueille des touristes à son bord depuis 1992.

Le canot tout temps SNS 072 Pourquoi Pas ? II et le semi-rigide SNS 676 Claude Cuny de la station de Saint-Malo sont engagés pour porter assistance aux passagers.

« Dès que l’on a reçu l’alerte, nous étions tous prêts, puisque nous revenions d’une dispersion de cendres, explique Christian Macé, le patron du Pourquoi Pas ? II. Nous avions d’ailleurs croisé le beau voilier quelques minutes auparavant. »

« Nous étions tous peinés de le voir sur ces rochers »

Le Renard est un navire emblématique de de Saint-Malo. La situation est donc particulière pour les bénévoles locaux de la SNSM. « Nous étions tous peinés de le voir sur ces rochers. Nous avons l’habitude de le croiser et connaissons bien l’équipage », témoigne Christian Macé.

L’intervention s’est déroulée sans encombre. Les passagers n’ont pas paniqué et ont rejoint la terre ferme à bord du semi-rigide Claude Cuny, tandis que deux marins sont restés sur le navire. « Le bateau était coincé, il n’y avait pas de risque pour eux qu’il tombe d’un côté ou de l’autre », rassure le sauveteur du canot tout temps.

Quelques temps plus tard, le patron du Renard recontacte le CROSS Corsen pour demander une assistance afin de le déséchouer en profitant de la montée des eaux. La station de Saint-Malo est de nouveau sollicitée, avec deux semi-rigides, le SNS 676 Claude Cuny et le SNS 728 Gildas Cuny. « Cette seconde intervention s’est faite rapidement, le voilier n’avait pas de voie d’eau. Nous l’avons libéré lors de la marée montante puis escorté jusqu’au port ».

Au total, il aura fallu trois moyens différents de la station de Saint-Malo, pour venir en aide à l’imposant voilier malouin et ses passagers.

Nos sauveteurs sont formés et entraînés pour effectuer ce type de sauvetage. Grâce à votre soutien, vous les aidez à être présents la prochaine fois !

 


Équipages engagés

Première intervention

SNS 072 Pourquoi Pas ? II

Patron : Christian Macé

Radio : Godefroy Hervé

Mécanicien : Philippe Roullois

Équipiers : Mathieu Baret, Florian Lorgère

SNS 676 Claude Cuny

Patron : Paul Hirsinger

Radio : Olivier Danglard

 

Seconde intervention

SNS 676 Claude Cuny

Patron : Yorik Lucas

Radio : Godefroy Hervé

SNS 728 Gildas Cuny

Patron : Christian Macé

Radio : Fabienne Baron

Mécanicien : Amélie Mairesse

Équipier : Mathieu Baret


Article rédigé par Alexis Haton.